Loi Mobilités 2019 : quelles sont les mesures définies ?

La Loi d'orientation des Mobilités 2019 est le nouveau dispositif qui vise a apporter un cadre et une réglementations plus structuées face aux nouveaux services de mobilités urbains que connaissent les agglomérations Françaises. Il était initialement porté par le ministre François de Rugy et la Ministre Elisabeth Borne. Maintenant que le premier cité a démissioné, seule la seconde reprend le projet. Reste à savoir si un nouveau ministre viendra l'épauler si elle prendra seule les rennes du projet. Toujours est-il que la situation au 18 juillet 2019 est celle qui vient d'être définie. Dans le cadre de la loi Mobiltiés 2019, le pouvoir des collectivités territoriale sera renforcé et elles auront aussi la possibilité de délivrer des subventions pour les projets qu'elles estiment porteurs.

Autre nouveauté à prendre en compte dans la loi Mobilités 2019 : le forfait mobilités durable. Il permettra notamment aux collectivités d'accorder des subventions pouvant aller jusqu'à 400 € par an pour des trajets réalisés par des employés d'une entreprise en autopartage, en Free Floating mais encore en covoiturage.

Exemple de Free-Floating avec une Trotinette libre service
La Trotinette libre service : exemple de Free Floating

Loi Mobilités 2019 : comment s'adapter ?

Il faut savoir que le projet de Loi Mobilités 2019 porte sur la réforme de plusieurs dispositifs de transports urbains qui suivent :

Chaque moyen de transport verra son mode de fonctionnement varier dans les différentes villes françaises. Prenons par exemple le cas du Free Floating, qui comprend les trottinettes libres services qui ont débarqué dans les agglomérations ces derniers temps. Ici, ce seront les collectivités qui auront la main. Elles pourront soit décider de limiter leur usage ou tout simplement totalement interdire leur utilisation, comme ce fut récemment le cas à Toulouse.